Tout savoir sur le remboursement des implants dentaires

Konpare analyse pour vous les remboursements des implants dentaires et vous guide à faire le bon choix

Afin de préserver votre santé bucco-dentaire, votre dentiste vous conseille d’avoir recours à l’implantologie. Toutefois, vous craignez que ce soin engage des dépenses conséquentes. Peut-on bénéficier d’une prise en charge par la sécurité sociale et/ou la mutuelle ? Point complet avec explications et conseils sur les modalités de remboursement de l’implant dentaire en France avec Konpare.fr.

Comment la Sécurité sociale rembourse-t-elle un implant dentaire ?

 

Un implant dentaire endostéal s’apparente à une racine artificielle, que le chirurgien-dentiste fixe directement dans la mâchoire. Prévu pour se substituer à une dent manquante, il se compose de plusieurs parties distinctes. Pour comprendre le système d’indemnités de l’Assurance Maladie, il est important d’identifier les différents éléments qui composent l’implant dentaire : l’implant en lui-même, le pilier puis la couronne.

 

La partie implantée

 

On considère tout d’abord l’élément que le chirurgien-dentiste intègre à l’os de la mâchoire, qui ressemble à une vis. Il s’agit de l’implant.

Pour la Sécurité sociale, ce geste technique complexe est « hors nomenclature ». Cela signifie que le praticien fixe librement le prix du soin. Par conséquent, votre caisse d’Assurance Maladie ne vous verse aucun remboursement pour votre implant dentaire.

Bon à savoir : seule une pathologie rare accompagnée d’agénésies dentaires multiples peut amener la Sécurité sociale à prendre en charge l’implantologie.

 

Le pilier prothétique

 

C’est l’élément qui assure le lien entre les deux autres parties du système. Le pilier prothétique vient donc coiffer l’implant, puis, il sera recouvert par la couronne.

Si le pilier prothétique qui vous convient correspond à un Inlay core, l’Assurance Maladie peut vous rembourser à hauteur de 70% du tarif conventionnel de la sécurité sociale, fixée à 90,00 €. Ainsi, vous percevez une indemnité équivalente à 63,00 €.

 

La couronne

 

Il s’agit de la partie visible et donc esthétique de l’implant dentaire. Elle est confectionnée à partir de plusieurs matériaux : métal, céramique ou zircone. Considérée comme une prothèse dentaire par la Sécurité sociale, la couronne est un élément qui fait l’objet d’une prise en charge, sous réserve que la dent initiale soit délabrée.

Comptez alors 70% de la BRSS, qui s’élève à 120,00 €, soit un remboursement de 84,00 €.

Depuis le 1er janvier 2020, la couronne intègre le panier 100% santé. Vous pouvez bénéficier d’un reste à charge 0 dans les cas suivants :

  •  la pose d’une couronne métallique, quelle que soit sa localisation ;
  •  le remplacement d’une canine, d’une incisive ou bien d’une prémolaire par une couronne en zircone ; 
  •  l’installation d’une couronne céramique à la place d’une incisive, d’une canine ou d’une première prémolaire.

Il est à noter que deux conditions permettent à la réforme de s’appliquer : votre dentiste doit être conventionné et vous devez souscrire une mutuelle santé responsable.

 

 

En bref

 

Si vous désirez faire poser un implant dentaire,  sachez que la Sécurité sociale ne verse aucun remboursement pour cette prestation. En revanche, elle peut vous indemniser partiellement pour la pose de la couronne, à hauteur de 70% de la BRSS, elle-même estimée à 120,00 €.

 

Quel est le prix moyen d’un implant dentaire ?

 

Étant donné que l’implant dentaire n’entre pas dans la nomenclature, les praticiens sont libres de déterminer son prix. Ils doivent toutefois proposer des tarifs cohérents et mesurés. Malgré cette directive, on constate souvent des écarts de prix, parfois importants, entre les chirurgiens, qu’ils soient à Paris ou en province.

À l’heure actuelle, on estime le coût moyen d’un implant (vis implantée, pilier et couronne) à 1800 euros.

 

Un devis systématique

 

Dans le cadre de l’implantologie, chaque chirurgien-dentiste a l’obligation d’établir un devis à l’attention de son patient pour qu’il puisse prévoir son budget. Ce document contient un certain nombre d’informations :

  • le détail du traitement envisagé ;
  •  les matériaux utilisés ;
  • le lieu où la prothèse sera fabriquée ;
  • le coût total du soin ;
  • le montant du remboursement de la Sécurité sociale ;
  • une éventuelle alternative permise par la réforme 100% santé.

Le devis est un support de réflexion pour le patient. N’hésitez pas à comparer les prix avec ceux d’un autre praticien.

 

À combien peut s’élever le remboursement d’un implant  dentaire par votre mutuelle santé ?

 

Intervention très technique et coûteuse, la pose d’un implant peut néanmoins apparaître dans la liste des garanties de votre complémentaire santé.

 

Quels types de mutuelle proposent une prise en charge des implants dentaires ?

 

Tout d’abord, il faut savoir que toutes les compagnies n’accordent pas systématiquement d’indemnités pour la pose d’un ou plusieurs implant(s) dentaire(s). Cette prise de position est directement liée au prix élevé du soin.

Certains groupes et certaines formules vont intégrer une garantie spécifique à l’implantologie, généralement sous la forme d’une participation forfaitaire annuelle.

L’indemnité que vous allez pouvoir percevoir est, en règle générale, proportionnelle au niveau de garantie dentaire souscrit.

Ainsi, si votre santé bucco-dentaire est fragile, et que vous pensez devoir recourir à l’implantologie dans un futur plus ou moins proche, il vous faut bénéficier d’une couverture dentaire renforcée.

 

Quelle somme votre mutuelle peut-elle vous reverser ?

 

Le remboursement d’un implant dentaire est variable. Il dépend effectivement de la compagnie de mutuelle et du type de contrat souscrit. Voici quelques exemples qui illustrent ce propos.

La mutuelle April met en place un système de forfait par année d’adhésion. Selon la formule choisie, elle vous indemnise de 100,00 € à 400,00 € par an.

ASAF&AFPS adopte un fonctionnement similaire. Vous percevez entre 100,00 € et 200,00 € par année, si vous cotisez à une offre de niveau 3 ou plus.

Le groupe Apivia dédommage les assurés qui ont besoin d’un implant dès lors qu’ils adhèrent à une formule de troisième niveau minimum. 3 interventions par an sont prises en charge, à raison de 200,00 € à 400,00 € par acte.

 

Comment trouver la garantie dentaire qui vous convient ?

 

Si vous estimez que votre mutuelle dentaire ne couvre pas suffisamment l’implantologie non remboursée par la Sécurité sociale, vous pouvez tout à fait envisager un changement de formule ou de compagnie pour vous aider à réduire la facture. De prime abord, cela peut paraître fastidieux. Cependant, il existe un outil pratique, qui facilite réellement cette démarche : le comparateur d’assurance santé.

Konpare.fr vous propose des offres adaptées à vos besoins en deux étapes très rapides. Dans un premier temps, saisissez votre date de naissance, votre code postal, votre régime de Sécurité sociale ainsi que la date d’effet souhaitée.

Dans un second et dernier temps, attribuez de 1 à 5 étoiles aux différents postes de dépense, selon le niveau de garantie souhaité. Vous accédez immédiatement aux offres des différents organismes, sans avoir à fournir votre identité ou vos coordonnées. Vous pouvez ensuite cliquer sur l’onglet « voir les garanties » afin d’avoir le détail des prestations, notamment celui de la prise en charge d’un implant.

Notre site vous permet de comparer en un clin d’œil de nombreux contrats. Ainsi, vous pouvez sélectionner celui qui s’adapte le mieux à vos attentes, en matière de prestations mais aussi de prix.

 

À noter que :

 

  • Certaines compagnies collaborent avec des professionnels de santé, dont des chirurgiens-dentistes. C’est ce que l’on appelle un réseau de soins. Ce système permet à l’assuré de bénéficier de tarifs réduits ;
  • Certaines mutuelles imposent un délai de carence de 3 à 6 mois, durant lequel vous ne pouvez percevoir aucun remboursement d’implant dentaire. Ce point mérite une attention particulière : en cas de besoin urgent, il est préférable que vous vous orientiez vers une autre complémentaire.

 

Comment obtenir un devis de remboursement d’implant dentaire ?

 

Vous sortez du cabinet de votre chirurgien-dentiste. Il vous conseille d’avoir recours à l’implant. Conformément à la législation, le praticien vous a remis un devis détaillé.

Vous souhaitez maintenant connaître votre reste à charge, afin de savoir si vous pouvez financer ou non un tel soin. Il vous faut donc interroger votre mutuelle : peut-elle compléter la faible indemnité de la Sécurité sociale ?

Pour obtenir une réponse précise à cette question, vous devez transmettre le devis de votre dentiste à votre compagnie d’assurance maladie complémentaire.

 

Quelle est la marche à suivre ?

 

Deux solutions s’offrent à vous :

  • vous pouvez envoyer une copie du devis établi par voie postale puis attendre le retour de votre mutuelle par courrier ;
  • ou bien vous pouvez choisir la voie dématérialisée et utiliser Internet, pour un traitement plus rapide de votre demande.

Partons du principe que vous optez pour la deuxième option. Connectez-vous à votre application via votre smartphone ou votre tablette, ou rendez-vous sur l’espace adhérent du site Internet de votre mutuelle.

En règle générale, un onglet spécifique vous permet de déposer votre devis. Grâce à ce document, l’organisme est en mesure d’estimer le remboursement auquel vous pourrez prétendre.

Votre mutuelle vous recontacte sous quelques jours par mail ou via la messagerie interne. Elle vous adresse un courrier dans lequel elle simule la prise en charge de l’implant. Elle y détaille la part de la Sécurité sociale, le complément versé par ses soins ainsi que le reste à charge.

 

La prise en charge de l’implantologie en pratique

 

En guise de conclusion à ce guide, voici deux exemples concrets de remboursements d’implant dentaire.

  • Votre chirurgien-dentiste vous conseille un bridge ou un implant pour remplacer une incisive inférieure. Il estime le coût global de l’intervention à 2000,00 €. Pour la couronne, vous êtes indemnisé à hauteur de 84,00 € par votre caisse d’Assurance Maladie.

Vous souscrivez à une complémentaire disposant d’une garantie dentaire renforcée. La compagnie vous verse au total 866,00 €, dont 466,00 € pour compléter le dédommagement de la Sécurité sociale pour la prothèse et 400,00 € de forfait mutuelle pour l’implant dentaire. Votre reste à charge s’élève à 1050,00 €.

  •  Vous avez besoin d’un implant pour l’une de vos prémolaires supérieures. Votre dentiste est membre du réseau de soins de votre mutuelle. Ses honoraires sont de 1500,00 €. Vous percevez :
  • 84,00 € de l’Assurance Maladie pour la couronne ;
  •  716,00 € de votre complémentaire, dont 416,00 € liés à la prothèse et 300,00 € de participation forfaitaire pour l’implant.

Dans cette situation, vous dépensez finalement 700,00 €.

    Trouvez la mutuelle santé la moins chère en moins de 2 minutes

    Comparer les mutuelles

    les avis de nos clients

    • 4,0

    Des remboursements à la hauteur de vos besoins : verres et montures jusqu’à 800 €, prothèses dentaires jusqu’à 400 %.

    Afin de préserver votre santé bucco-dentaire, votre dentiste vous conseille d’avoir recours à l’implantologie. Toutefois, vous craignez que ce soin engage des dépenses conséquentes. Peut-on bénéficier d’une prise en charge par la sécurité sociale et/ou la mutuelle ? Point complet avec explications et conseils sur les modalités de remboursement de l’implant dentaire en France avec Konpare.fr.

    Comment la Sécurité sociale rembourse-t-elle un implant dentaire ?

     

    Un implant dentaire endostéal s’apparente à une racine artificielle, que le chirurgien-dentiste fixe directement dans la mâchoire. Prévu pour se substituer à une dent manquante, il se compose de plusieurs parties distinctes. Pour comprendre le système d’indemnités de l’Assurance Maladie, il est important d’identifier les différents éléments qui composent l’implant dentaire : l’implant en lui-même, le pilier puis la couronne.

     

    La partie implantée

     

    On considère tout d’abord l’élément que le chirurgien-dentiste intègre à l’os de la mâchoire, qui ressemble à une vis. Il s’agit de l’implant.

    Pour la Sécurité sociale, ce geste technique complexe est « hors nomenclature ». Cela signifie que le praticien fixe librement le prix du soin. Par conséquent, votre caisse d’Assurance Maladie ne vous verse aucun remboursement pour votre implant dentaire.

    Bon à savoir : seule une pathologie rare accompagnée d’agénésies dentaires multiples peut amener la Sécurité sociale à prendre en charge l’implantologie.

     

    Le pilier prothétique

     

    C’est l’élément qui assure le lien entre les deux autres parties du système. Le pilier prothétique vient donc coiffer l’implant, puis, il sera recouvert par la couronne.

    Si le pilier prothétique qui vous convient correspond à un Inlay core, l’Assurance Maladie peut vous rembourser à hauteur de 70% du tarif conventionnel de la sécurité sociale, fixée à 90,00 €. Ainsi, vous percevez une indemnité équivalente à 63,00 €.

     

    La couronne

     

    Il s’agit de la partie visible et donc esthétique de l’implant dentaire. Elle est confectionnée à partir de plusieurs matériaux : métal, céramique ou zircone. Considérée comme une prothèse dentaire par la Sécurité sociale, la couronne est un élément qui fait l’objet d’une prise en charge, sous réserve que la dent initiale soit délabrée.

    Comptez alors 70% de la BRSS, qui s’élève à 120,00 €, soit un remboursement de 84,00 €.

    Depuis le 1er janvier 2020, la couronne intègre le panier 100% santé. Vous pouvez bénéficier d’un reste à charge 0 dans les cas suivants :

    •  la pose d’une couronne métallique, quelle que soit sa localisation ;
    •  le remplacement d’une canine, d’une incisive ou bien d’une prémolaire par une couronne en zircone ; 
    •  l’installation d’une couronne céramique à la place d’une incisive, d’une canine ou d’une première prémolaire.

    Il est à noter que deux conditions permettent à la réforme de s’appliquer : votre dentiste doit être conventionné et vous devez souscrire une mutuelle santé responsable.

     

     

    En bref

     

    Si vous désirez faire poser un implant dentaire,  sachez que la Sécurité sociale ne verse aucun remboursement pour cette prestation. En revanche, elle peut vous indemniser partiellement pour la pose de la couronne, à hauteur de 70% de la BRSS, elle-même estimée à 120,00 €.

     

    Quel est le prix moyen d’un implant dentaire ?

     

    Étant donné que l’implant dentaire n’entre pas dans la nomenclature, les praticiens sont libres de déterminer son prix. Ils doivent toutefois proposer des tarifs cohérents et mesurés. Malgré cette directive, on constate souvent des écarts de prix, parfois importants, entre les chirurgiens, qu’ils soient à Paris ou en province.

    À l’heure actuelle, on estime le coût moyen d’un implant (vis implantée, pilier et couronne) à 1800 euros.

     

    Un devis systématique

     

    Dans le cadre de l’implantologie, chaque chirurgien-dentiste a l’obligation d’établir un devis à l’attention de son patient pour qu’il puisse prévoir son budget. Ce document contient un certain nombre d’informations :

    • le détail du traitement envisagé ;
    •  les matériaux utilisés ;
    • le lieu où la prothèse sera fabriquée ;
    • le coût total du soin ;
    • le montant du remboursement de la Sécurité sociale ;
    • une éventuelle alternative permise par la réforme 100% santé.

    Le devis est un support de réflexion pour le patient. N’hésitez pas à comparer les prix avec ceux d’un autre praticien.

     

    À combien peut s’élever le remboursement d’un implant  dentaire par votre mutuelle santé ?

     

    Intervention très technique et coûteuse, la pose d’un implant peut néanmoins apparaître dans la liste des garanties de votre complémentaire santé.

     

    Quels types de mutuelle proposent une prise en charge des implants dentaires ?

     

    Tout d’abord, il faut savoir que toutes les compagnies n’accordent pas systématiquement d’indemnités pour la pose d’un ou plusieurs implant(s) dentaire(s). Cette prise de position est directement liée au prix élevé du soin.

    Certains groupes et certaines formules vont intégrer une garantie spécifique à l’implantologie, généralement sous la forme d’une participation forfaitaire annuelle.

    L’indemnité que vous allez pouvoir percevoir est, en règle générale, proportionnelle au niveau de garantie dentaire souscrit.

    Ainsi, si votre santé bucco-dentaire est fragile, et que vous pensez devoir recourir à l’implantologie dans un futur plus ou moins proche, il vous faut bénéficier d’une couverture dentaire renforcée.

     

    Quelle somme votre mutuelle peut-elle vous reverser ?

     

    Le remboursement d’un implant dentaire est variable. Il dépend effectivement de la compagnie de mutuelle et du type de contrat souscrit. Voici quelques exemples qui illustrent ce propos.

    La mutuelle April met en place un système de forfait par année d’adhésion. Selon la formule choisie, elle vous indemnise de 100,00 € à 400,00 € par an.

    ASAF&AFPS adopte un fonctionnement similaire. Vous percevez entre 100,00 € et 200,00 € par année, si vous cotisez à une offre de niveau 3 ou plus.

    Le groupe Apivia dédommage les assurés qui ont besoin d’un implant dès lors qu’ils adhèrent à une formule de troisième niveau minimum. 3 interventions par an sont prises en charge, à raison de 200,00 € à 400,00 € par acte.

     

    Comment trouver la garantie dentaire qui vous convient ?

     

    Si vous estimez que votre mutuelle dentaire ne couvre pas suffisamment l’implantologie non remboursée par la Sécurité sociale, vous pouvez tout à fait envisager un changement de formule ou de compagnie pour vous aider à réduire la facture. De prime abord, cela peut paraître fastidieux. Cependant, il existe un outil pratique, qui facilite réellement cette démarche : le comparateur d’assurance santé.

    Konpare.fr vous propose des offres adaptées à vos besoins en deux étapes très rapides. Dans un premier temps, saisissez votre date de naissance, votre code postal, votre régime de Sécurité sociale ainsi que la date d’effet souhaitée.

    Dans un second et dernier temps, attribuez de 1 à 5 étoiles aux différents postes de dépense, selon le niveau de garantie souhaité. Vous accédez immédiatement aux offres des différents organismes, sans avoir à fournir votre identité ou vos coordonnées. Vous pouvez ensuite cliquer sur l’onglet « voir les garanties » afin d’avoir le détail des prestations, notamment celui de la prise en charge d’un implant.

    Notre site vous permet de comparer en un clin d’œil de nombreux contrats. Ainsi, vous pouvez sélectionner celui qui s’adapte le mieux à vos attentes, en matière de prestations mais aussi de prix.

     

    À noter que :

     

    • Certaines compagnies collaborent avec des professionnels de santé, dont des chirurgiens-dentistes. C’est ce que l’on appelle un réseau de soins. Ce système permet à l’assuré de bénéficier de tarifs réduits ;
    • Certaines mutuelles imposent un délai de carence de 3 à 6 mois, durant lequel vous ne pouvez percevoir aucun remboursement d’implant dentaire. Ce point mérite une attention particulière : en cas de besoin urgent, il est préférable que vous vous orientiez vers une autre complémentaire.

     

    Comment obtenir un devis de remboursement d’implant dentaire ?

     

    Vous sortez du cabinet de votre chirurgien-dentiste. Il vous conseille d’avoir recours à l’implant. Conformément à la législation, le praticien vous a remis un devis détaillé.

    Vous souhaitez maintenant connaître votre reste à charge, afin de savoir si vous pouvez financer ou non un tel soin. Il vous faut donc interroger votre mutuelle : peut-elle compléter la faible indemnité de la Sécurité sociale ?

    Pour obtenir une réponse précise à cette question, vous devez transmettre le devis de votre dentiste à votre compagnie d’assurance maladie complémentaire.

     

    Quelle est la marche à suivre ?

     

    Deux solutions s’offrent à vous :

    • vous pouvez envoyer une copie du devis établi par voie postale puis attendre le retour de votre mutuelle par courrier ;
    • ou bien vous pouvez choisir la voie dématérialisée et utiliser Internet, pour un traitement plus rapide de votre demande.

    Partons du principe que vous optez pour la deuxième option. Connectez-vous à votre application via votre smartphone ou votre tablette, ou rendez-vous sur l’espace adhérent du site Internet de votre mutuelle.

    En règle générale, un onglet spécifique vous permet de déposer votre devis. Grâce à ce document, l’organisme est en mesure d’estimer le remboursement auquel vous pourrez prétendre.

    Votre mutuelle vous recontacte sous quelques jours par mail ou via la messagerie interne. Elle vous adresse un courrier dans lequel elle simule la prise en charge de l’implant. Elle y détaille la part de la Sécurité sociale, le complément versé par ses soins ainsi que le reste à charge.

     

    La prise en charge de l’implantologie en pratique

     

    En guise de conclusion à ce guide, voici deux exemples concrets de remboursements d’implant dentaire.

    • Votre chirurgien-dentiste vous conseille un bridge ou un implant pour remplacer une incisive inférieure. Il estime le coût global de l’intervention à 2000,00 €. Pour la couronne, vous êtes indemnisé à hauteur de 84,00 € par votre caisse d’Assurance Maladie.

    Vous souscrivez à une complémentaire disposant d’une garantie dentaire renforcée. La compagnie vous verse au total 866,00 €, dont 466,00 € pour compléter le dédommagement de la Sécurité sociale pour la prothèse et 400,00 € de forfait mutuelle pour l’implant dentaire. Votre reste à charge s’élève à 1050,00 €.

    •  Vous avez besoin d’un implant pour l’une de vos prémolaires supérieures. Votre dentiste est membre du réseau de soins de votre mutuelle. Ses honoraires sont de 1500,00 €. Vous percevez :
    • 84,00 € de l’Assurance Maladie pour la couronne ;
    •  716,00 € de votre complémentaire, dont 416,00 € liés à la prothèse et 300,00 € de participation forfaitaire pour l’implant.

    Dans cette situation, vous dépensez finalement 700,00 €.