Vaccination covid quels impacts sur les mutuelles santé

La vaccination représente la clé de la lutte contre l’épidémie de la Covid-19 en France et dans le monde. Elle est gratuite, non obligatoire, et a démarré depuis quelque temps en France suivant les étapes recommandées par la Haute Autorité de Santé (HAS).

Certains vaccins sont en phase de test pendant que d’autres ont déjà été autorisés et sont en train d’être administrés selon le calendrier et les objectifs définis par le gouvernement. Cette étape est en voie de s’étendre sur une bonne partie de cette année 2021.

Les principes fondamentaux de la campagne vaccinale contre la covid 19 : sécurité, liberté et gratuité

La campagne de vaccination contre Covid-19 a débuté le 27 décembre 2020. Tout au long de 2021, elle se poursuivra selon les différentes étapes recommandées par la Haute Administration de la Santé (HAS).

Afin d’éviter des renonciations à la vaccination pour des raisons financières, le gouvernement a mis sur pied une stratégie vaccinale. Elle consiste en la vaccination totalement gratuite de la population.

Elle n’est pas obligatoire, mais elle se base sur une décision commune entre le patient et son médecin. Le patient doit donner son consentement préalable que l’on portera dans son dossier médical avant la vaccination.

Une consultation pré-vaccination avec le médecin doit donc précéder son admission. Selon la situation, la vaccination peut être effectuée ou pas après la consultation.

La sécurité est également une question importante. La vaccination doit être strictement conforme à toutes les règles françaises concernant l’utilisation des produits de santé.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en place un système de surveillance renforcée des effets indésirables du vaccin Covid-19. Sur signalement-sante.gouv.fr, toute personne, professionnel de santé ou personne vaccinée peut signaler les effets indésirables après vaccination.

Objectifs de vaccination du gouvernement Français

Le principal objectif de la vaccination est de réduire le nombre de formes sévères de Covid-19. Les résultats de la recherche sur les vaccins candidats montrent que la vaccination réduit considérablement la gravité de la maladie et donc réduit la mortalité causée par le virus.

Ainsi, associé à des mesures des gestes barrières, le vaccin Covid-19 aidera à contenir l’impact de l’épidémie sur le long terme.

Le ministre de la Santé a expliqué le 21 janvier que le gouvernement espère vacciner l’ensemble de la population française d’ici août. Il a par la suite assuré que d’ici fin août, près de 70 millions de personnes pourront à cet effet être vaccinées.

vaccin covid mutuelle sante

Qui sera vacciné ?

Du 27 décembre 2020 à janvier 2021, la campagne de vaccination a progressivement été mise en œuvre, en se concentrant sur les personnes les plus sensibles au virus et celles qui sont les plus susceptibles de développer une forme sévère de la maladie. Il s’agit :

  • du personnel de ces établissements qui risque de développer des formes sévères de la Covid-19 ;
  • des personnes âgées dans les établissements : résidences services seniors, unités de soins de longue durée (USLD), etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), résidences autonomie ;
  • depuis le 4 janvier 2021, les professionnels, pompiers et aides domestiques des domaines de la santé et du médico-social qui ont 50 ans et plus et / ou ont des comorbidités ;
  • les personnes handicapées vivant dans des institutions spécialisées et leur personnel de 50 ans et plus et / ou ayant des comorbidités ;
  • les personnes de 75 ans et plus vivant à la maison ;
  • à partir du 18 janvier 2021, les personnes vulnérables doivent obtenir une prescription médicale du médecin traitant afin de bénéficier d’une vaccination sans condition d’âge.

Calendrier de vaccination covid 19 du gouvernement en France

D’après les déclarations du ministre de la santé français, 20 000 personnes ont été vaccinées les 10 premiers jours. D’autres vagues étant prévues par la suite. Par ailleurs, en Allemagne et au Royaume Uni les personnes vaccinées se comptaient par centaines de milliers dès le départ.

À cet effet, Olivier Véran a rappelé lors d’une conférence de presse qu’à la fin du mois de janvier, le nombre de vaccination en France atteindrait 1 million de doses administrées, et a expliqué que le pays avait commandé 78 millions de doses avant l’été pour les cinq vaccins les plus courants.

Début de la vaccination : 27 décembre 2020

Ainsi, le calendrier de vaccination covid 19 en France a débuté le 27 décembre 2020 avec près de 20 000 personnes vaccinées.

Phase 1 : 8 janvier 2021

Débutée en décembre, la vaccination en France s’est poursuivie ce 8 janvier avec des personnes en situation de handicap et vulnérables logées dans des Foyers d’Accueil Médicalisés et des maisons d’accueil spécialisées (MAS). Olivier Véran a souligné que « le personnel exerçant dans ces maisons et âgés de 50 ans ou plus, ou s’ils sont porteurs de comorbidités », étaient également éligibles pour recevoir le vaccin Pfizer.

De plus, la vaccination des pompiers, des aides-soignants et des agents d’assistance à domicile porteurs de comorbidités ou âgés 50 ans et plus a également été initiée ce même jour.

Deuxième phase : 18 janvier 2021

La 2eme phase d’après le calendrier du gouvernement prévue le 18 janvier concernait toutes les personnes âgées de 75 ans et plus. Elle était caractérisée par une procédure simplifiée qui consistait en un simple questionnaire.

Pour une réussite des opérations, l’on assiste à l’ouverture des centres de vaccination par centaines en France (100, 300, 500).

Troisième phase : février 2021 – mars 2021

Le gouvernement n’a pas encore fixé de date précise pour cette phase. Elle impliquera près de 7 millions de personnes de plus de 65 ans. Cette vaccination à grande échelle pourrait, selon la facilité d’administration des nouveaux vaccins à approuver, être réalisée « directement dans les villes » et donc plus rapidement.

Quatrième phase : fin du printemps 2021

Toute la population sera éligible à la vaccination. Cependant, il y aura toujours des priorités : les 50-64 ans, les personnes défavorisées ou travaillant au contact du public. Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, estime qu’on pourrait vacciner entre 12 et 14 millions de Français « à la mi-avril ».

Par ailleurs, il convient de noter que ce ne sont pas tous les types de vaccins qui sont en cours d’admission. La Haute Autorité de la Santé n’ayant autorisé que quelques-uns pour le moment.

Le gouvernement a accompagné ces campagnes de vaccination d’un système d’information sur les mesures barrières. Le but étant de limiter la propagation du virus.

Les vaccins autorisés en Europe et en France

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé la vente de deux vaccins dans tous les pays européens, un an après l’apparition de l’épidémie de la Covid-19. En France, la Haute Autorité de Santé a également donné son feu vert après l’EMA.

Ainsi, les vaccins autorisés en Europe sont :

  • le vaccin Comirnaty® à ARNm Covid-19 : Il est le tout premier dont la vente en Europe a été autorisée dès le 21 décembre 2020 sur le marché (AMM) conditionnel en Europe.
  • le vaccin de l’américain Moderna a également reçu le 6 janvier 2021 l’autorisation de l’EMA, et son autorisation par les autorités françaises n’est intervenue que le 8 janvier 2021.

Par ailleurs, d’autres vaccins sont encore en cours d’évaluation par l’agence européenne du médicament. Il s’agit du :

  • Vaccins d’AstraZeneca et de l’Université d’Oxford basés sur la technologie du vecteur viral (phase 3 de l’essai clinique) (commentaires attendus le 29 janvier).
  • Vaccin de Janssen J&J (phase 3) lui aussi basé sur la technologie du vecteur viral et administrable en une seule dose.

Il existe d’autres vaccins non encore soumis à l’EMA, en l’occurrence :

  •  Le vaccin de Sanofi-Pasteur et GSK (phase 2) basé sur les protéines virales prévu d’ici la fin de l’année 2021, 
  • Le vaccin CureVac (phase 2) basé sur l’ARNm.

Fabriquer un nouveau vaccin est compliqué et prend généralement plusieurs années. Pour le vaccin Covid-19, le travail des laboratoires de recherche est devenu plus facile car ils avaient déjà développé des vaccins contre d’autres coronavirus, le SRAS-CoV et le MERS-CoV. L’introduction de nouvelles technologies de fabrication a également contribué à accélérer la recherche.

Prix et efficacité des vaccins covid ?

Des lignes de production, des centaines de millions de doses, mais pas de chiffres concernant les coûts. Ces dernières semaines, des annonces concernant le vaccin Covid-19 se multiplient, notamment la campagne de vaccination lancée en France le 27 décembre. Bien que l’arrivée de ce vaccin soit une bonne nouvelle pour lutter contre cette épidémie, il a un prix.

Pfizer-BioNTech, le premier autorisé en France

Le vaccin de l’américaine Pfizer développé en coopération avec le laboratoire allemand BioNTech est le premier vaccin validé dans les pays occidentaux, au Royaume-Uni et en Europe.

Niveau d’efficacité

Après deux injections intramusculaires, l’efficacité du vaccin germano-américain était de 95%, Il convient actuellement aux personnes âgées de 16 ans et plus. Il a pour base la technologie révolutionnaire de l’ARN messager.

Cependant, le vaccin Pfizer-BioNTech a un défaut majeur qui est sa conservation. Ce processus verrouille les brins d’ARN messager en nanoparticules lipidiques- du gras.

Ces nanoparticules doivent être conservées à une température très basse : -70 ° C. Par conséquent, il a besoin d’un “super congélateur”. D’autres vaccins à ARN messager peuvent être stockés à des températures plus élevées, mais compte tenu des contraintes de temps, le PDG de Pfizer (Afitas Therapeutics) a déclaré que Pfizer préfère une approche « conservatrice » car elle utilise des nanoparticules.

Prix du vaccin

Le prix exact du contrat signé entre Pfizer et la Commission européenne n’a pas été révélé, mais le produit est cher. Selon Reuters, le prix payé en Europe est de 15,5 euros la dose.

Pour chaque personne vaccinée, le coût atteindra à terme 31 euros alors que le prix du vaccin antigrippal est compris entre 6 et 10 euros.

Par ailleurs, en plus de ce coût relativement élevé, il faut y ajouter le prix du “super congélateur” relativement rare. À cet effet, l’Europe a commandé 600 millions de doses.

Le vaccin moderna

Le vaccin Moderna est également américain. Il a été approuvé en Europe et en France début janvier, et a été homologué aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Niveau d’efficacité

D’après Moderna, son vaccin serait efficace à 94,1%. Deux injections intramusculaires sont nécessaires, avec un délai d’au moins 28 jours. Le vaccin utilise également la technologie de l’ARN messager.

L’équipe estime que leur vaccin peut être conservé au réfrigérateur à -20 ° C pendant six mois, puis conservé au réfrigérateur pendant 30 jours avant utilisation. C’est plus facile à distribuer que le vaccin Pfizer.

Prix du vaccin

Selon la ministre belge des Affaires étrangères, Eva de Bleeker, chaque dose de médicament Moderna coûte 18 dollars américains en Europe, soit environ 15 euros.

Finalement, le coût des deux doses revient à 30 euros. Mais son avantage est qu’il n’y a pas besoin d’un “super congélateur” à acheter. À cet effet, l’Europe a fait une réservation de 160 millions de doses.

Le vaccin AstraZeneca

Le vaccin AstraZeneca développé en coopération avec l’Université d’Oxford n’a pas encore reçu d’approbation en Europe mais est actuellement en utilisation aux Royaume Uni.

Niveau d’efficacité

La société anglo-suédoise a annoncé que son efficacité pour réduire les symptômes n’était que de 70%, ce qui semblait décevant, mais on n’a pas observé d’hospitalisation des personnes vaccinées lors des essais cliniques, un facteur très rassurant.

Deux doses sont nécessaires, retardées de quatre à douze semaines. À l’opposé de Moderna et Pfizer, la technologie qu’utilise le vaccin AstraZeneca est plutôt de vecteur viral plus traditionnel.

AstraZeneca a déclaré que son vaccin peut être “stocké, transporté et traité pendant au moins six mois dans des conditions classiques d’entreposage frigorifique (entre 2 et 8 ° C)”. Cela permet une vaccination de masse, notamment dans les pharmacies et les cabinets de médecins généralistes.

Prix du vaccin

L’avantage du vaccin AstraZeneca est son petit prix : environ 2 euros la dose. Par conséquent, la personne vaccinée coûte 4 euros. L’Europe a ainsi commandé 400 millions de doses.

Curevac, le vaccin Allemand

Vaccin européen par excellence, le vaccin allemand de Curevac attend toujours sa validation en Europe.

Niveau d’efficacité 

Curevac est toujours en phase de test. L’efficacité envisagée par l’entreprise est similaire à celle de Pfizer et Moderna. Le vaccin fonctionne grâce à l’ARN messager et nécessite deux injections, à 28 jours d’intervalle intramusculaire.

La stabilité du produit a été testée pendant trois mois à deux températures de 5°C et -60°C. Dans les deux cas, les résultats sont concluants, stipule un communiqué de la compagnie. De plus, il demeure toujours stable à température ambiante pendant 24 heures avant l’utilisation.

Prix du vaccin

Le prix du vaccin allemand devrait être de 10 euros par dose. Les vingt-sept de l’UE ont réservé 405 millions de doses auprès de la compagnie, avec 180 millions de doses en option.

D’autre part, afin de donner à tous la possibilité de se faire vacciner, le gouvernement français a décrété sa couverture totale par la sécurité sociale.

Couverture de la vaccination covid par la sécurité sociale

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 3 décembre dernier la fourniture gratuite de tous les vaccins contre Covid-19.

Ainsi, il a chargé le gouvernement d’allouer 1,5 milliard d’euros à cet effet dans le budget de la sécurité sociale 2021. La priorité sera la vaccination d’un million de personnes en Janvier, disait-il.

Il a ajouté qu’à la suite de la commande au niveau européen, «la France aura le potentiel de 200 millions de doses de vaccin.

Cela permettra à 100 millions de personnes de se faire vacciner » car les vaccins nécessitent actuellement deux injections à plusieurs semaines d’intervalle.

Ainsi, la campagne de vaccination en cours contre le covid 19 sera totalement gratuite pour les français, car entièrement prise en charge par la sécurité sociale.

Impact de la gratuité du vaccin covid sur le déficit de la sécurité sociale

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait averti que le coronavirus devait faire grimper le déficit de la sécurité sociale. Celui-ci pourra alors atteindre 41 milliards d’euros.

Un sans précédent même au plus fort de la crise financière. Par ailleurs, il faut préciser que ce montant a par la suite franchi la barre de 50 milliards d’euros.

Loin du déficit de 1,9 milliard de dollars de fin 2019, la sécurité sociale a encore eu 8 milliards de nouvelles dépenses (achat de masques, garderies, etc.).

Mais le plus important est une réduction des recettes de 31 milliards (cotisations, CSG, TVA, etc.).

Étant donné que la France compte administrer 200 millions de doses de vaccin évaluées à près de 3 milliards d’euros, il devient évident que les 1,5 milliard d’euros alloués par le gouvernement dans le budget de la sécurité sociale ne peuvent pas couvrir les dépenses liées à la vaccination covid.

Tout ceci étant susceptible d’aggraver le déficit de la sécurité sociale ayant déjà atteint un niveau sans précédent l’année dernière.

Impact de la gratuité du vaccin covid sur les mutuelles santé : une taxe covid est-elle bienvenue ?

Suite à la pandémie de Covid-19, les mutuelles santés françaises auraient réalisé des économies de 2,2 milliards d’euros. Le gouvernement a donc exprimé son désir de collecter 1,5 milliard d’euros d’impôts.

Cette collecte concerne les organisations de santé complémentaires et contribue à la résolution du déficit de la sécurité sociale. Mais cette « taxe covid » pourrait plutôt avoir des répercussions sur les assurés.

Ainsi, elle est plutôt mal reçue du côté des mutuelles santé, qui y voient une mesure caractérisée par un manque d’évaluation et qui ne tient pas compte des impacts réels de la crise. À cet effet, la mutualité française, par la bouche de son président Thierry Baudet, regrette le manque d’évaluation sérieuse des impacts de la crise par le gouvernement, ainsi que la non prise en compte de ses propositions alternatives à la fiscalité.

Pour sa part, le gouvernement a estimé que l’économie de près de 2,2 milliards d’euros par les mutuelles santés, instituts de prévoyance et assureurs en France durant le confinement était un élément justifiant la mise en place de cette taxe.

Son remboursement s’étend sur 2 ans. À savoir 1 milliard d’euros à payer en 2021 et les 500 millions d’euros restants en 2022.

Pourtant, selon la mutualité française, l’impact de la crise Covid en 2020 ne sera visible que courant 2021. Il est donc déplacé de voir le montant des économies réalisées comme un gain. 

La mutuelle santé a remarqué une augmentation dans ses dépenses depuis le déconfinement. Les soins dentaires occupent la tête de liste.

Outre cela, la FFA (Fédération française de l’assurance) constate à son tour un rattrapage des soins, sans compter les impayés de cotisations.

Une taxe qui risque d’impacter les assurés à travers une hausse des cotisations

D’après thierry Baudet, en cas de confirmation, cette nouvelle taxe, augmentera encore la taxe sur les contrats de santé publique. Pourtant, l’on devrait les classer dans la catégorie des produits de première nécessité.

Selon le président de la mutualité française, les contrats d’assurance santé en France figurent déjà parmi les plus taxés d’Europe. Alors que certains pays comme l’Allemagne y accordent une exonération.

La mutualité française a annoncé que la nouvelle taxe conduirait un taux d’imposition de 16,5% sur les contrats d’assurance santé.

Très probablement, cette taxe se répercutera sur les primes des contrats de mutuelle santé. Les assurés devront alors payer plus cher pour leur compensation.

Selon la mutualité française, elle « empêche le retour de l’épargne qui devrait leur être restituée ». Par conséquent, certaines organisations sont en voie d’augmenter le prix des cotisations.

Trouver la mutuelle santé la moins chère en moins de deux minutes

Comparer les mutuelles santé

les avis de nos clients

  • 4,0